Ce n’est que du bon sens !

Ce matin dans notre boîte électronique, un message plein de bon sens de J.Brunet, Président de l’Appel des professionnels de l’Enfance, message que nous ont transmis nos amis, Monique & Vincent. Je vous invite vivement à prendre un peu de votre temps pour le lire.

Ceux qui me connaissent savent que je n’approuve nullement que l’on veuille appeler « mariage » l’union entre personnes de même sexe. Mais je désapprouve également totalement que des personnes homosexuelles puissent avoir été tabassées comme cela s’est malheureusement produit récemment dans le Marais. Hétéros ou homos, nous sommes des êtres humains et avons droit au respect mutuel. Le dit mariage pour tous, c’est une chose, l’adoption d’enfants au sein d’unions de même sexe en est une autre, bien plus grave encore et qui demande réflexion. Je fais miennes les paroles de Claude Halmos:

« Je trouve très inquiétant qu’un débat aussi important puisse être réduit à une histoire de “pour” et de “contre”. Et totalement caricaturé puisque le moindre questionnement est automatiquement taxé d’homophobie. Je ne suis pas homophobe. Je ne pense pas qu’il soit plus “normal” d’être hétérosexuel qu’homosexuel. J’étais pour le pacs. Et je suis pour que les couples homosexuels aient les mêmes droits civils que les couples hétérosexuels. Mais l’adoption pose d’autres problèmes (….) le couple parental “hétéro” n’est pas, en tant que tel, une garantie ? C’est une évidence. Mais avec le droit à l’adoption, on franchirait un pas de plus. Car, en mettant un signe “égal” entre le couple homosexuel et le couple hétérosexuel, ce droit reviendrait à poser officiellement que la différence des sexes n’existe pas ; ou, du moins, qu’elle ne compte pas. Pour que cela soit sans conséquences pour les enfants, il faudrait soit que la différence des sexes ne joue, dans leur construction, aucun rôle, soit même que cette construction n’existe pas. Et que quelques bons soins et beaucoup de bons sentiments suffisent à “fabriquer” des adultes capables de tenir – psychiquement – debout.

L’affirmer revient à remiser au magasin des accessoires les acquis de près d’un siècle de pratique psychanalytique. C’est sûrement politiquement correct, mais cela me semble très risqué… »

Ci-dessous, la Lettre ouverte de J.Brunet, Président de l’Appel des professionnels de l’Enfance :

« Madame Taubira, Monsieur Peillon, j’ai un immense service à vous demander

S’il vous plaît, venez expliquer aux enfants de nos classes de CP comment deux hommes ou deux femmes peuvent avoir un enfant…
  Venez leur expliquer pourquoi Emilie a deux papas et comment ils ont fait pour avoir un bébé.
Venez leur expliquer que la femme qui a porté Emilie et qui l’a mise au monde, l’a donnée – probablement contre finance – à ses deux papas, et que ce n’est pas grave… que c’est « normal ».
  Venez leur expliquer que, quand on a porté un enfant pendant neuf mois, c’est sans conséquence de s’en séparer… que cela se fait avec le sourire qu’on gardera le contact par Skype, parce que les origines, c’est important !
Venez leur expliquer pourquoi il y a en Inde des cliniques où des femmes sont payées pour « produire » des bébés pas chers, comme on le voit aujourd’hui dans les reportages de France 2 et de Canal +

Madame Taubira, Monsieur Peillon, venez expliquer aux enfants de nos classes de CE1 comment on peut faire sa généalogie quand la loi dit que l’on a deux pères ?
  Venez au tableau avec nous faire le dessin de l’arbre généalogique à trois branches : une branche pour le premier papa, une branche pour le second papa et une pour la maman dont Emilie descend biologiquement.
  Venez expliquer à nos élèves que c’est normal, que cela ne pose aucun problème.

Madame Taubira, Monsieur Peillon, venez expliquer aux élèves de 4e, que la biologie n’a rien à voir avec l’identité sexuée.
Venez expliquer que la testostérone, c’est finalement la même chose que l’œstrogène…
Que le cerveau n’est pas influencé par ces hormones…
Que tout cela, ça n’a pas d’importance car finalement ce qui compte, c’est la façon dont on est éduqué.
Venez expliquer que l’humanité n’est plus composée d’hommes et de femmes, mais qu’en fait, elle se divisera demain en une multitude de genres : hétérosexuel, homosexuel, bisexuel, transsexuel, multi-sexuels, intersexuels, auto-sexuel, alter-sexuel, allo-sexuel, asexuel…

Madame Taubira, Monsieur Peillon, nous vous suivrons sur le terrain du respect de la différence !
Oui, l’école doit apprendre aux enfants qu’il existe bien des manières d’être un garçon et une fille et qu’on n’éduque pas à coup de caricatures ;
Oui, l’école doit être attentive à ce que les enfants soient accueillis et respectés, quelles que soient leur couleur de peau, leur manière de vivre, leur religion, leur apparence physique, leur niveau intellectuel, leur famille ;
Là-dessus, nous vous suivrons et nous vous soutiendrons, car cela construit une société plus juste, plus fraternelle.
  Mais ne nous demandez pas d’expliquer l’inexplicable.
  Ne nous demandez pas de justifier l’injustifiable.
  Ne nous demandez pas l’équilibre impossible !
Enseignants, aides-maternelles, psychologues, orthophonistes, éducateurs et éducatrices, pédiatres… ces métiers de l’enfance, nous ne les avons pas choisis par idéologie politique ou religieuse.
  C’est la passion de l’éducation qui nous conduit chaque jour auprès d’eux pour les aider à grandir et à surmonter les défis de la vie.
  Nous faisons notre maximum ! Ne nous demandez pas l’impossible !

J’en appelle à tous les professionnels de l’enfance qui refusent de devenir les complices d’une loi qui brouillera les repères nécessaires à l’éducation des jeunes.
J’en appelle à tous les professionnels de l’enfance qui voient au quotidien la souffrance des enfants et des jeunes à qui il manque les repères élémentaires pour se construire.
Signez l’Appel des professionnels de l’enfance, pour qu’ensemble nous continuions à réclamer des états généraux de la famille et à redire qu’on n’éduque pas les jeunes avec des théories, mais en donnant des bases, des repères qui permettent de vivre le réel.

Les enfants n’ont pas voix au chapitre, ils ne votent pas, n’ont pas accès aux médias : c’est notre métier, notre passion et notre devoir de faire entendre leur voix !

Jérôme Brunet,
Président de l’Appel des professionnels de l’enfance »

Publicités

2 réflexions sur “Ce n’est que du bon sens !

  1. Chez nous en Belgique, la loi date de 10 ans qui permet mariage et adoption pour tous et tout se passe bien ! Les enfants de ces couples savent comme tous les autres qu’il faut les deux sexes pour procréer, mais que l’adoption existait avant la loi pour des couples hétéros, des célibataires; ils sont heureux de se savoir aimés, d’avoir été désirés, de pouvoir compter sur leurs parents fussent-ils du même sexe … Grâce à cette loi, quand un parent disparaît il en reste un pour continuer le chemin … rien que pour cela la loi a le mérite d’être … je ne parle pas des successions même si c’est important. Le fait est que les situations existant il faut un cadre de loi pour légitimer ce que la vie produit … Nos enfants ne sont pas si bêtes qu’il faille leur expliquer, mariage-divorce, amour-haine, abandon-adoption, ils ont des yeux pour voir, des oreilles pour entendre et un cerveau pour comprendre …
    La France verra dans 10 ans …
    Ainsi va la vie mais chacun a le droit de débattre de ces peurs …
    amitié .

  2. Pour expliquer à un enfant pourquoi il a deux papas, pourquoi ne pas lui dire tout simplement qu’il a été adopté :-). J’avoue avoir été perturbé au départ par l’idée que deux personnes de même sexe adoptent un enfant, surtout lorsqu’on prône la parité hommes / femmes un peu partout dans la société. Puis j’ai découvert que des célibataires hommes et femmes adoptaient chaque année des enfants sans que cela ne choque personne. Techniquement, rien n’empêche une personne homosexuelle célibataire d’adopter un enfant puis ensuite de vivre en couple avec une autre personne de même sexe, alors pourquoi ce serait différent si on procède dans l’ordre inverse.
    Je crois que l’aptitude d’un couple à élever un enfant est indépendante de ses préférences sexuelles. Il y des couples homme / femme qui maltraitent leurs enfants en rejetant leurs différences. Notamment, il y a des cas de parents homophobes envers leur propres enfants et qui soit les rejettent, soit essaient de les transformer. Ça n’est pas étonnant car notre société est très influencée par des croyances qui parfois confinent à l’obscurantisme. Il n’y a pas si longtemps, on forçait les gauchers à écrire de la main droite. Aujourd’hui, beaucoup de gens pensent que c’est l’éducation qui rend un enfant homosexuel…
    Mais je ne pense pas que les croyances peuvent être combattues par des lois et je crains que la société ne soit pas prête à accepter l’adoption d’enfants par des couples homoparentaux. Pire, je me demande si en forçant cette évolution on ne risque pas de susciter une montée de l’homophobie. La question est plus complexe qu’elle n’y parait.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :